La FIAC

De la place Vendôme aux Tuileries, en passant par la place de la Concorde et le Petit Palais, c’est surtout au cœur du Grand Palais que se déroulait la 45eme édition de la FIAC le week end dernier.

IMG_3814

Longtemps réservée à une élite passionnée d’art, désormais la FIAC s’est popularisée et accueille volontiers les plus curieux d’entre nous.

Véritable lieu de rencontre entre les galeristes, les collectionneurs, les conservateurs mais aussi les directeurs de musées, cette foire est devenue un évènement majeur du calendrier artistique international qui place Paris au centre du monde de l’art, le temps d’un week end.

193, c’est le nombre de galeries issues de 25 pays différents qui répondent présent pour cet évènement majeur. La Grèce et le Pérou ont été les nouveaux arrivants de la 45e édition.

Néanmoins, si le Grand Palais est le point de rendez-vous incontournable de la FIAC, il est aussi très intéressant et divertissant de parcourir la Capitale française pour découvrir diverses performances.

IMG_3666

La place Vendôme, par exemple, est chaque année investie par des artistes en collaboration avec la Galerie Perrotin. Cette année, ce sont les étoiles des artistes Elmgreen & Dragset qui ont envahi le sol. Accessible à tous, cette année, ce duo d’artistes nous a présenté cent étoiles de mer échouées sur la Place. A la différence des sculpture monumentales que nous avons l’habitude de rencontrer, ces petites créatures sont, selon la légende, les reflets sous-marins des astres présents dans le ciel. Une belle performance permettant de rappeler que la vie de ces mystérieux êtres est, comme beaucoup d’autres espèces aquatiques, menacée par la pollution.

 

La FIAC Hors les Murs s’étendait jusque dans l’une des suites du récemment nommé Palace Parisien, Le Crillon. L’occasion de visiter à la fois ce sublime écrin luxueux ainsi qu’une sélection d’œuvres inédites de Murakami par exemple.

Pour ma part, je n’avais pas encore eu l’occasion de participer à cette Foire, cette édition a donc été une première pour moi.

Désireuse de découvrir à la fois le Crillon et les œuvres de la Galerie Perrotin, je me suis alors dirigée vers la place de la Concorde. Sur le chemin je me suis arrêtée Place Vendôme pour admirer les œuvres des artistes Elmgreen & Dragset. Malheureusement la visite du Crillon se faisait à 15h… N’ayant pas pu réserver de place (l’évènement était complet), je me suis finalement promenée dans l’hôtel, à la découverte de trésors ! Avec mes amies, nous en avons trouvé ! Nous sommes finalement tombés sur l’artisan du cuir qui s’occupe de sublimer les souliers mais aussi les sacs des clients et clientes du Palace. Une très belle rencontre puisqu’il nous a passionnément raconté son parcours et son métier, des étoiles dans les yeux. Nous sommes donc reparties un petit peu déçues de ne pas avoir pu admirer le salon dédié à la Galerie Perrotin mais satisfaites de notre visite et de notre découverte.

IMG_3681

Mais nous voulions notre revanche, nous nous sommes donc rendu au Grand Palais le Samedi afin de profiter du panorama d’art contemporain et moderne qu’offraient les différentes galeries présentes. Gagosian, White Cube, Templon, Perrotin et tant d’autres galeries présentaient les œuvres de leurs artistes.

Nous y avons découvert des œuvres engagées, comme cette installation « the diffrence between sex and gender » de l’artiste Puppies Puppies, des œuvres monumentales comme celle présentée par la galerie Gagosian de l’artiste Michael Heize, connu pour utiliser des matériaux issus de la nature. Mais aussi des œuvres participatives, comme le Random Triangle Mirror d’Anish Kapoor, présenté par la galerie italienne Massimo Minini. Un miroir composé de pièces de miroir assemblées, une œuvre qui porte bien son nom puisque l’on découvre le reflet de notre corps complètement déformé en se regardant, oeuvre parfaitement actuelle puisqu’elle prône notamment les tendances narcissiques de notre époque où l’individu se place au centre de tout.

A l’année prochaine pour la 46e édition ?

Publicité